poetic.ch

Stations



1

Aux pieds des Alpes magnétiques suivent les crêtes finement découpées des yeux rieurs

étendus comme l'été la montagne déjà frémit

au refuge sommital émet à peine audible pourtant souveraine une lente invite à passer le seuil

avec quelque audace pour écouter

victorieuse face à la nuit une destinée effraye

les persécutions entourent son nom ne seront épargnés aucun de ceux avec ferveur osèrent le prononcer

la joie en est d'autant plus mystérieuse

reconnaissant le silence sans précaution après la première station

2

Sur une plage révélatrice mais déserte

les hauts vents pénètrent à la manière des écumes fissurées

remplirent entièrement les savoir envoyés

les jeunes traits tirés au burin

désirs initiatiques ouïr

tendu entre le nom et nous sur le point de tenir les promesses

triomphe de la deuxième station sous la faim qui empire

aurions-nous dû faire des réserves de cet adorable miel

4

Tu as dressé la tente dans le souci de celui qui vient

instaurant un passage pour les effusions délicieuses

Tu as mis dans les tables la soif et le vin

pour nous protéger des idoles vicieuses

Tu as dressé la tente dans le souci de celui qui vient



dans le désert où notre esprit s'est ouvert

aux mannes des miels parmi la rocaille

aux oasis insolentes sous des arbres verts

qui pourvurent une nuit à notre bercail

dans le désert où notre esprit s'est ouvert



initiant la fidélité à travers l'épreuve

à la quatrième station consommée

pourtant elle irrigue comme coulent les fleuves

quand notre tour est venu de la nommer

initiant la fidélité à travers l'épreuve

9

Infiniment plus de formes donnent accès au dialogue dont la langue est venue

au cours immobile de la neuvième station

imperceptiblement printanier vocable où l'accueil ménage les antiques mains ouvrières dans le gel soutenu des buées

les champs sous la neige d'Athenaz étendus cristallins aveuglant mirage du ciel au-dessus

la trace grave des mottes immobilisées fugue figée à l'air libre échappant aux ondes inflexibles d'artificiels soleils

reproduit épuisant Orphée atome par atome dans les savoirs sous-terrains en fusion



il y a plus de vie paraissant étinceler fragment de la braise tardive au lieu de ployer enfin

il y a plus haute vie endurant venir l'éclaircie suit l'orage ondée en fin d'après-midi

des anciennes choses les fontaines et leur auvent retiennent doit leur rester envers garde mémoire

infiniment de formes ne viendront pas naître vaincues se relèvent d'entre les mots infimes